Premier projet de production d’énergie éolienne offshore au Brésil

Le géant pétrolier Petrobras développe un projet pilote d’énergie éolienne en mer dans l’état de Rio Grande do Norte. Bien que le Brésil génère de l’énergie éolienne depuis 2005, passant de 22 mégawatts en 2003 à 13 000 mégawatts aujourd’hui, elle ne compte que pour une fraction de l’énergie consommée au Brésil (500 millions de mégawatts).

Les efforts du pays pourdévelopper des projets éoliens est portée par plusieurs impératifs : la volonté d’augmenter l’offre d’énergie renouvelable, bien sûr, mais aussi le désir de réduire la dépendance à un réseau hydroélectrique fragilisé par les sécheresses et d’enfin exploiter le potentiel énorme d’énergie éolienne du Brésil, qui s’élève à plus de 140 gigawatts. Ceprojet offshore sera toutefois le premier du genre au pays et contribuera au total de 17 000 mégawatts générés par énergie éolienne prévus pour 2023.

L’état de Rio Grande do Norte a été choisi pour le début des tests, en raison de son fort potentiel de génération d’énergie éolienne, le second au pays. L’usine pilote sera ouverte dès cette année et pleinement opérationnelle pour 2022.

“L’économie des mers”, c’est à dire la pêche, le tourisme côtier et de croisière et l’extraction d’énergie devrait être la source d’une grande croissance économique dans les années à venir. Pour le professeur de l’Université de Sao Paulo Edmilson Moutinho, dans une entrevue accordée au Jornal da USP no Ar, l’exploitation éolienne offshore au cours des vingt prochaines années devrait ressembler au développement de l’exploitation du pétrole et du gaz, avec des plateformes fixes. Les progrès pourraient être très rapides grâce aux technologies venues d’autres secteurs industriels, diminuant significativement les défis futurs de ce genre d’exploitation. De plus, la réglementation déjà existante au niveau terrestre pourrait être facilement adaptée au niveau maritime, laissant entrevoir une croissance exponentielle possible dans un futur proche.

Avec ce projet, le Brésil espère réduire un peu l’écart avec d’autres pays tels l’Allemagne, qui génère actuellement près de cinq fois plus d’énergie éolienne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *